Sphincterotomie Acte 2 !

Petit goût d’amertume pour cette 5ieme visite en Tunisie. Je m’aperçois que mon téléphone est tombé de ma poche dans le taxi qui nous menait à l’hotel. C’est un signe, tout comme la photo d’illustration que Nathy à prise, vue de la fenêtre de la chambre de la clinique : Encore un signe !!!
J’ai pu verrouiller mon iPhone à distance et procéder à l’effacement des données car bien évidemment j’ai fait une croix dessus. Blague à part la sphincterotomie s’est bien passée. Mon urologue m’a clairement fait savoir que cette fois serait la dernière. Comme il le pressentait, le sphincter strié était bien à l’origine de ces nuits agitées. Il s’est résorbé tout seul ! Incroyable !! Une double incision a été nécessaire pour corriger le tir. Il a fait le maximum. Coté convalescence, je dois porter la sonde pendant 5 jours, le temps que la cicatrisation des berges soit entamée pour éviter ainsi une reformation du sphincter (ça serait trop bête). Le retour en France se fera donc avec la poche et sonde en place. La, nous sommes au bar lounge de l’hotel à siroter une bière avant d’aller manger….On vous embrasse…

En direct Live from Pissouserie

Je pense que vous étiez impatients d’avoir de nos nouvelles. Tout s’est bien passé avec en prime quelques anecdotes rigolotes. L’intervention a été faite le Lundi 29 comme prévu. Prise en charge ultra rapide. Arrivée à la clinique vers 8h45, direction le bloc opératoire à 09h15. L’anesthésie a été faite 10 minutes plus tard et la durée de l’intervention n’a pas excédé 20 minutes. Il s’est rapidement avéré que l’origine du problème (déjà détectée sur l’échographie du matin) était prostatique. Une prostate hypertrophiée avec un col vésical hyper méga tonique. Bref, mon bon docteur a éradiqué le problème et résecté tout ce qui bouchait cette ouverture. Par rapport à l’incision de la dernière fois, cette intervention était bien plus spectaculaire (j’ai pu comme la dernière fois assister en direct live grâce à un écran de contrôle). Première anecdote : on me demande de ne pas tousser et à deux reprises j’ai failli à la règle.
La première fois j’ai pissé sur le collègue de mon chirurgien (ca l’a fait rire) et la seconde fois sur mon chirurgien lui-même (et là du coup il a trouvé ça beaucoup moins drôle). Retour à la chambre vers 10h10 après une mise en observation d’une petite 15 aine de minutes. J’ai du passer la nuit en observation avec 24 heures de drainage intensif de la vessie (pour bien nettoyer tout le bazar). La seconde anecdote c’est Nathy qui me l’a rapporté lorsque qu’elle est revenue en fin d’après midi à la clinique.
Elle arbore un sourire que ce connais bien (genre : “je vais te foutre la honte”) et me dit que la femme de ménage est passée dans la chambre et a tout nettoyé et rangé, y compris la culotte plastique que j’avais laissé le matin. Nathy l’a retrouvé pliée et soigneusement posée sur la baignoire. Que du bonheur ! L’image de gauche montre une infirmière ainsi qu’une aide soignante à mes petits soins pour m’aider à changer ma djellaba (photo de ma nounou qui était morte de rire de me voir ainsi le cul à l’air et la zigounette connectée en réseau au bol de drainage)

Départ imminent !

Direction Soleil et pissouserie…Derniers préparatifs. Lundi c’est le grand jour. 08h00 direction la cabinet de mon urologue chéri. Petite inspection préalable via échographie pour connaitre le diagnostic. Certainement un col vésical trop étroit (comme me l’a confirmé mon Urologue par téléphone il y a quelques jours). Le programme d’intervention est : Élargissement du col vésical et peut être résection partielle de la prostate (mais ca on ne le le saura que Lundi). Je devrais ensuite garder la sonde pendant 48 heures. Le retrait de cette dernière étant programmée à 08h00 le Jeudi 02 Mai. Pour moi ca reste maintenant une formalité, car depuis plus d’un mois je dors paisiblement avec des réveils “couche trempée”. Il n’y a pas d’incontinence en continu, cependant le progrès a été assez flagrant. A cause du stress lié à l’augmentation exponentielle de ma charge de travail, je n’avais même pas remarqué ce détail. Ce n’est qu’assez récemment où je me suis rendu compte que je dormais d’une traite et qu’au matin la couche était trempée. Ces dernières semaines les journées ont aussi été différentes. Un nombre de pipi en augmentation avec un premier une heure et demi après le réveil (dans la couche bien sur). Tout ceci sera bientôt de l’histoire ancienne. Concernant le séjour, l’opération et les anecdotes de ce périple bien singulier, Nous ne manquerons pas de vous tenir informé en direct live (l’hôtel est wifi y compris dans les chambres).

Opération Zizi Pisseux Acte II

Un peu bousculé par ce changement de statut je viens enfin vous donner les dernières nouvelles. Mardi après-midi nous nous sommes rendus chez mon urologue pour retirer cette maudite sonde. L’infirmière m’a ensuite injecté un produit visant à augmenter le volume d’urine pour vérifier que tout allait bien. Première surprise : mon zizi ne fait pas de goutte à goutte comme je le pensais. Nous sommes Nathy et moi un peu déçus par cette singularité vu que plus rien ne retiens désormais mes urines. 10 minutes après injection, très légère envie et je fonce alors aux WC de la salle d’attente : Nickel ! Pas de douleur, écoulement sans problème. Direction ensuite le cabinet du docteur pour les dernières recommandations. Il m’explique tout de même que ma vessie a un peu morflé suite à mes conneries passées et sans doute aussi au stent qui a provoqué un syndrome de vessie de lutte. Les choses devraient s’arranger désormais car plus d’obstacles à l’écoulement des urines. Le col vésical ainsi que le sphincter strié ont été coupé. Il faut juste désormais veiller à ce que ces incisions restent ouvertes. Pour ce faire il m’a donné une sonde de dilatation que je dois utiliser une fois par semaine. Un acte rapide qui consiste à introduire la sonde jusque dans la vessie et la retirer. Cet acte assurera que le col et le sphincter restent ouvert.
Coté pissouserie, le premier jour ainsi que le second ont été un peu rock’n roll. Nuits mouvementées et sommeil perturbé par des envies pipi. Grrrrr……De plus j’ai été hyper constipé ce qui n’a pas arrangé les choses. Et puis au fil des jours, la pissouserie se précise. Bien que mon zizi ne coule pas encore en continu (comme avec une sonde par exemple), mon système urinaire se détend et mes mictions sont moins “forcées”. Du coup je pense que ma vessie commence elle aussi à trouver le repos. Les nuits sont encore un peu perturbées mais c’est rien par rapport à l’époque ou j’avais le stent. De plus avec le stent j’avais remarqué des mictions incomplètes. Il restait généralement un peu d’urine dans la vessie lors de mes pipis réflexes. Là les choses sont différentes et si les mictions conservent le caractère réflexe, ma vessie se vide complètement. Bilan tout de même positif 6 jours après opération. Laissons maintenant le temps au temps…La régression ne pourra que progresser et ça c’est une très bonne nouvelle.

Opération Zizi Pisseux

Je voulais vous remercier pour tous vos messages de soutien et d’encouragement. Ca y est !! Enfin c’est fait. Je suis passé sur le bloc opératoire Lundi 19 Novembre à 09h00. L’opération initialement prévue le dimanche a du été reportée et finalement ce n’est pas plus mal…J’ai pu gouter quelques heures encore à la propreté pour mieux me préparer à rentrer dans le monde des pisseux. (bien que tout cela soit très relatif compte tenu du stent). Le Dimanche vers 11h00, petit briefing avec mon Urologue qui nous a expliqué à Nathy et à moi les conséquences de cette incontinentation totale. Nous étions un peu déçu de ce report mais en fait cela nous a permis de visiter un peu la ville et de parler de l’après…enfin préparer le futur quoi ! Un futur qui sera bien humide si j’en juge par l’opération que j’ai pu suivre en direct live sur l’écran de contrôle de la salle d’opération. Car, cerise sur le gâteau et après avoir été préalablement anesthésié localement, mon Urologue m’a invité à suivre cette transformation. Tout d’abord le retrait du stent, pratiqué avec une dextérité et une rapidité déconcertante, puis le sectionnement du col vésical grâce à un petit outil de découpe en deux incisions bien nettes : une à 5 heures et l’autre à 7 heures. Ce maudit col vésical qui m’a occasionné tant de troubles du sommeil. Avec le même outil il est ensuite venu sectionner le sphincter strié à 12h. Suivre cette transformation en direct avec juste une petite sensation de chaleur dans le bas ventre fût une expérience assez déroutante. Le plus étonnant dans cette histoire c’est la rapidité de l’intervention en elle même : Pas plus de 10 minutes!. Entre la préparation du bloc, l’anesthésie, l’opération et le retour dans la chambre il ne s’est écoulé qu’une heure à peine. Nathy qui m’attendait a été surprise elle aussi…Nous avons pu quitter l’établissement vers 15h00. Aucune sensation de brulure ni de picotement….bref que du bonheur. A noter, deux petites scènes bien honteuses. La première lorsque l’infirmière en chef jeune et plutôt jolie pénètre dans la chambre alors que je viens d’ôter mon pantalon et que je suis juste en couche, tee shirt et culotte plastique. Elle s’excuse pour ressortir un peu gênée puis revient quelques minutes plus tard avec un rictus qu’elle ne dissimule même pas. La seconde lors de la sortie. Deux infirmières (elles aussi, jeunes et jolies) m’aident à me rhabiller et tombent sur la couche et la culotte. Elles semblent un peu gênées et ne savent pas trop quoi faire. En fait j’avais apporté un slip de grand pour maintenir sonde et tuyau… Nathy jubile, tandis que je me suis tapé la honte. Une gène accentuée lorsque une des infirmières (qui est en fait l’assistante de mon Urologue me demande pourquoi j’ai souhaité cette intervention.). J’ai été très évasif en bafouillant quelque peu. Nathy qui m’observait du coin de l’oeil à pu voir un Nathan en mode panique, déstabilisé et mal à l’aise. Il y a des vérités qui doivent rester cachées. Nathy m’a alors aidé en lui rétorquant alors : “c’est un choix personnel”. Sauvé par ma nounou !…..
Aujourd’hui 20 Novembre c’est l’acte 1 scène 2 de notre pérégrination Tunisienne. Retour au cabinet de mon urologue pour enlever la sonde et enfin sceller le passage en pissouserie profonde et définitive cette fois-ci.
Ce matin les urines sont claires et la cicatrisation semble se passer super bien….à suivre…